Enseignement supérieur

Le bon moment pour songer à une formation en immobilier pour les locaux commerciaux

On s’attend à nouveau à une hausse du prix des logements, en sortie de crise du coronavirus. Il semble bien que le marché de l’immobilier en France poursuivra sur la lancée qu’elle connaît depuis plusieurs années, alors qu’elle a atteint des sommets au niveau des prix ainsi qu’un nombre record de transactions. Bon moment pour songer à une carrière dans l’immobilier.

Une formation pour les locaux commerciaux

Alors que plusieurs pensaient que l’immobilier connaîtrait une période difficile post-confinement, une étude par l’Observatoire du Moral Immobilier SeLoger laisse penser, au contraire, que le marché connaîtra encore de beaux jours sur le second semestre de 2020 alors que l’on pourrait voir, dans quelques mois, une augmentation des biens disponibles.

Ce sera probablement tout aussi vrai pour les biens immobiliers commerciaux puisque les effets du coronavirus se feront ressentir fortement avec des défaillances d’entreprises supérieures de 25 % sur l’année précédente. Ce sera de loin la plus forte hausse depuis 2009, alors que le niveau avait atteint 29 % suite à la crise financière de 2008. Pourquoi ne pas songer à une formation immobilier local commercial afin de se spécialiser dans la vente de biens commerciaux ?

Les compétences qui y sont acquises permettent aux professionnels d’ajouter une plus-value aux yeux des acheteurs potentiels. En effet, cette formation permet à l’agent immobilier d’évaluer des murs commerciaux, des biens industriels et des fonds de commerce et entreprises. En faisant appel à leurs services, les acheteurs seront rassurés suite à l’analyse de l’agent.

Des propriétaires prêts à attendre « le bon prix »

L’étude démontre tout d’abord que les vendeurs ne se précipiteront pas sur les premières offres d’acheteurs, préférant attendre afin d’obtenir le prix espéré avant que la crise sanitaire ne cause les dégâts économiques que l’on connaît aujourd’hui. Près de 37 % pensent toujours, comme en début d’année, que c’est le bon temps pour vendre, alors qu’une très faible majorité (38 %) croit qu’il faudra être patient et attendre de voir les offres. En tout, ce sont plus de 3 vendeurs sur 4 qui démontrent de la confiance à pouvoir vendre leur bien sans difficulté.

L’enquête révèle aussi que plus de 40 % des vendeurs s’attendent à voir une augmentation du nombre de biens immobiliers sur le marché, d’ici la fin de l’année. Cela viendrait modifier la situation en faveur des acheteurs dans certaines villes. Cependant, le nombre de transactions devraient rester élevé sur la totalité de l’année, malgré le fait que le marché aura connu plus de deux mois d’arrêt.

Villes Educatrices

Villes Educatrices

Actualités de l'éducation et de l'enseignement en France et par ville ( Paris, Marseille, Lyon...)

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *