Enseignement supérieur

Les valeurs sûres et nouvelles tendances formations cycle court

En 2016, l’engouement du public pour les formations de cycle court est intact. Le taux d’inscription reste élevé même si l’offre de formations ne permet pas toujours aux étudiants de s’orienter correctement en tenant compte des aspirations et des perspectives d’emploi.

Les secteurs porteurs à l’horizon 2016

Les BTS se sont vite adaptés aux exigences des recruteurs. Les formations diplômantes sont également professionnalisantes et les techniciens sortants sont rapidement opérationnels. Les apprenants sont également bien servis avec l’apparition de nouvelles méthodes d’enseignement à distance qui facilitent le quotidien. Plus besoin désormais de se déplacer ou de déménager pour suivre une formation complète et sanctionnée par un diplôme reconnu.

Le Centre d’analyse stratégique a identifié plusieurs domaines porteurs où l’on va énormément recruter à partir de 2016. Parmi eux, le numérique, le luxe, la cosmétique, la publicité, le tourisme, le social et la santé. Ces domaines auront besoin de techniciens professionnels qualifiés dans un futur très proche d’où la nécessité de varier l’offre niveau bac+2 (en savoir davantage sur les métiers qui recrutent).

De nouvelles façons de se former en 2016

Toutefois, les BTS à distance comme les BTS classiques plaisent toujours autant aux étudiants post bac pour différentes raisons. Les conditions d’accès sont plus simplifiées que dans les grandes écoles sur concours. Le rythme de travail est en général très intensif, mais il est possible de l’adapter en fonction de ses horaires ou de son temps libre grâce à la formation à distance.

De ce fait, il faut miser sur les valeurs sûres et montantes comme le BTS Diététique, le BTS SP3S, le BTS esthétique-cosmétique-parfumerie, le BTS Tourisme, le BTS Hôtellerie-restauration, le BTS informatique réseaux, le BTS SIO, le BTS design d’Espace. Toutes ces formations peuvent être dispensées à distance et en alternance.

D’ici à 2022, près de 800 000 emplois vont être à pourvoir chaque année en France selon la DARES. Cette estimation est réalisée sur la base du nombre de départ en retraite qu’il faut remplacer sur certains métiers, sur la mutation de certaines professions et sur les nouveaux métiers du numérique et du digital.

Mots clés
Villes Educatrices

Villes Educatrices

Actualités de l'éducation et de l'enseignement en France et par ville ( Paris, Marseille, Lyon...)

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *