Enseignement supérieur

Les cours magistraux tirent pratiquement leur révérence dans les écoles d’ingénieurs

Les écoles d’ingénieurs changent leur fonctionnement en mettant de côté ces traditionnels cours magistraux. Les étudiants n’arrivent jamais à suivre dans ces amphis où le froid enveloppe leur esprit. Les établissements ont ainsi pris une décision qui pourrait se généraliser.

Les écoles d’ingénieurs réfléchissent de plus en plus à la suppression des CM classiques

Les cours magistraux sont souvent ennuyants et avec l’essor des nouvelles technologies, il n’est pas rare de découvrir les étudiants en train de réaliser une autre activité. Par conséquent, ils sont peu nombreux à mémoriser toutes les informations partagées par le professeur, ce qui s‘avère être une perte de temps importante pour les deux parties. Les enseignants sont pratiquement unanimes et estiment que la pédagogie doit être revue et corrigée pour que ces cours aient un véritable intérêt. L’école d’ingénieurs ECE pourrait donc vous satisfaire grâce à son cursus. En effet, le changement semble prendre une ampleur considérable dans de multiples établissements.

Les connaissances acquises lors des cours magistraux sont généralement très faibles

L’enseignement secondaire est ainsi invité à muer dans les plus brefs délais afin de passionner les étudiants tout en augmentant leurs chances de réussir leur diplôme. Quelques innovations ont déjà été saluées par la profession, elles ont le pouvoir de capter l’attention des étudiants tout en renforçant leur motivation. Cette dernière est d’ailleurs essentielle, car elle est au centre de la réussite. Si les futurs ingénieurs perdent leur envie de se rendre aux cours, le risque de les voir échouer à proximité de la ligne d’arrivée est très élevé. Malheureusement, le problème semble se généraliser à l’ensemble des écoles d’ingénieurs, et même à tous les établissements du supérieur. Les cours magistraux n’ont jamais passionné les foules, les lieux sont beaucoup trop grands, le froid est souvent au rendez-vous et il est difficile d’entendre les propos du professeur lorsque les deux rangs devant vous se lancent un défi sur Facebook.

Les cours magistraux sont susceptibles de se rapprocher davantage des TD

Ne soyez donc pas surpris si les cours magistraux tirent définitivement leur révérence dans les prochaines années. Ils pourraient être remplacés par des modèles beaucoup plus intéressants pour les étudiants. Ces derniers seraient même susceptibles de prendre le contrôle de cet apprentissage. Certains établissements ont décidé de travailler sur cette transition avec des cours magistraux appliqués. Par exemple, les élèves reçoivent en amont un document qu’ils doivent travailler à leur domicile avant de se rendre à cette rencontre. Pendant ce CM, toutes les informations de ce document seront ainsi mises en avant. Dans ce contexte, ils se retrouvent à mi-chemin entre un CM classique et un atelier de TD (Travaux Dirigés).

Une mise en application d’un document avant de proposer un CM

Dans ce contexte, ils ont les moyens de poser toutes les questions qu’ils souhaitent en relation bien sûr avec le thème du cours. Selon les propos des enseignants, ce format commencerait à porter ses fruits puisque la pédagogie a été revue. Les étudiants sont ainsi évalués avec les partiels traditionnels qui sont basés sur les acquis obtenus au cours des différentes séances. Une moitié est toutefois consacrée à un projet, ce qui permet de jouir d’une mise en application attractive. Il faudra sans doute attendre pour savoir si ces CM disparaîtront de l’enseignement supérieur et notamment des écoles d’ingénieurs. Les enseignants cherchent de nouvelles astuces pour passionner les étudiants afin de capter leur attention et d’améliorer leurs compétentes.

Il y a donc de grandes chances pour que la formule des cours magistraux que certains d’entre nous ont pu connaitre pendant leur scolarité ne soit plus jamais au programme.

Laetitia

Laetitia

Maitresse en primaire et digital addict, je m'intéresse à l'actualité de l'éducation, spécialement en primaire !

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *