Enseignement primaire

Comprendre la réforme des rythmes scolaires

Depuis 2014, tous les élèves de l’école primaire en France bénéficient de nouveaux rythmes scolaires. Au début, il faut dire que la réforme avait été très critiquée, mais elle avait pour objectif de faciliter l’apprentissage des enfants. Voici des éléments qui devraient vous permettre de mieux comprendre la réforme des rythmes scolaires.

Qu’est-ce qui change au juste ?

Un des principaux changements avec les rythmes scolaires, c’est l’organisation du temps éducatif en ce qui concerne les écoles primaires publiques. Avant la réforme, les jours d’école étaient le lundi, le mardi, le jeudi et le vendredi. Désormais, les jeunes écoliers feront cour soit le mercredi matin, soit le samedi matin. Du coup, au lieu que la semaine d’enseignement soit de 4 jours, elle sera de 4.5 jours soit un total de 9 demi-journées.
Concernant la journée de classe, elle est désormais allégée afin d’enseigner les savoirs fondamentaux aux heures où les élèves sont les plus concentrés. Le nombre de jours passe désormais de 144 à 180 par an. Autre modification de la réforme, c’est sans doute l’introduction des activités périscolaires afin de permettre aux enfants de pratiquer du sport ou des activités de loisir.

Pourquoi cette réforme ?

Il faut dire que certaines personnes ont parfois du mal à comprendre cette réforme du calendrier de l’école. En effet, elle faisait partie du programme électoral du candidat François Hollande. Il s’agit alors d’une promesse de campagne dont son équipe s’est empressée de confirmer seulement quelques heures après son élection.
L’équipe de campagne de François Hollande s’est basée sur une simple statistique évocatrice qui indiquait que les écoliers français avec le nombre de jours d’école le plus faible parmi tous les pays de l’OCDE. Ce retour à une semaine de 4.5 jours par semaine est aussi une vieille doléance par la conférence nationale sur les rythmes, une revendication qui avait été adoptée par l’UMP. Avec l’insertion des activités périscolaires, les autorités répondent surtout à l’étude selon lequel le manque d’activité périscolaire altérait le développement biologique de l’enfant.

Y a-t-il eu opposition à cette réforme ?

Bien évidemment, cette réforme du calendrier scolaire a entrainé un sérieux débat. En effet, certains spécialistes dénoncent le fait que les cours du matin durent plus de 3h et demie. Avec cette nouvelle réforme, les horaires se rigidifient et cela risque de se répercuter sur les facultés d’apprentissage. Ensuite, on a la question relative aux activités périscolaires qui sont difficiles à prendre en charge en raison du faible budget de certaines mairies. Du coup, elles éprouvent des difficultés à financer certaines activités et surtout les salaires des animateurs. La crainte d’une rupture d’égalité est alors plus que jamais à l’ordre du jour.

Les aménagements qui ont été faits

Avec ces nombreuses contestations, plusieurs aménagements ont été faits afin de calmer les débats. Cependant, il faut dire qu’ils sont un peu en contradiction avec l’esprit de cette réforme. Par exemple, il est désormais possible de concentrer les 3 heures d’activités périscolaires sur un après-midi. Ces aménagements arrangent surtout les communes qui sont réfractaires ou qui éprouvent des difficultés à appliquer cette réforme.

Villes Educatrices

Villes Educatrices

Actualités de l'éducation et de l'enseignement en France et par ville ( Paris, Marseille, Lyon...)

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *